Prendre soin de soi

  Prendre soin de soi en 7 jours

JOUR 1

Réviser ses classiques

Positif au coronavirus ou souffrant d’une autre pathologie, voici les gestes à adopter chez soi pour se protéger ainsi que son entourage. S’isoler, en prenant ses repas et en dormant dans une pièce séparée, toujours la porte fermée. Si le contact (salle de bain, toilettes) avec les autres est inévitable, porter un masque. Se laver les mains toutes les heures (plus de 20 secondes). Tousser dans son coude ou utiliser un mouchoir jetable. Désinfecter ce que l’on touche, téléphone, écran, poignées de portes et interrupteurs au minimum 2 fois par jour (à l’eau de javel diluée). Laver linge et vaisselle à 60 degrés. Pour les sols, préférer le lavage humide à l’aspirateur. Et enfin aérer les pièces au moins 15 minutes par jour. Donc chez soi, on garde le contact mais on garde aussi les gestes barrière !

JOUR 2

Bien prendre son traitement

Incroyable mais vrai ! Selon le LEEM, l’organisation des entreprises du médicament, 1 patient sur 2, oublie de prendre ses médicaments et 3 patients sur 10, ne vont pas jusqu’au bout de leur traitement. Ce phénomène est appelé la non-observance thérapeutique. Pourtant, à ne pas suivre les recommandations et la prescription de son médecin, on altère sa qualité de vie, on risque des complications voire la rechute. Pour éviter l’oubli, il est bon d’associer la prise de son traitement à un rituel (après le café du matin, le brossage des dents).

JOUR 3

Stimuler son appétit

Perte d’appétit, de goût… il est essentiel de bien se nourrir, de manger sainement et d’avoir un apport calorique suffisant lorsque l’on est malade et confiné. Car la dénutrition est un mal silencieux qui s’est aggravé durant la crise sanitaire. Lorsque l’appétit diminue, généralement, l’état de santé se dégrade. Les personnes âgées sont d’ailleurs tout particulièrement touchées par ce phénomène. Pour redonner l’envie de manger à une personne malade, rien de mieux que de miser sur les odeurs. Des études ont prouvé que les effluves d’un plat favori humés quelques minutes avant l’heure d’un repas réveillaient la gourmandise !

JOUR 4

Dormir suffisamment

Impliqué dans le bon fonctionnement du système immunitaire, le sommeil est considéré comme un allié précieux contre la maladie. Il faut donc qu’il soit le meilleur possible. Mais durant le 1er confinement, les experts ont constaté que l’équilibre veille/sommeil avait tendance à se désynchroniser et que de nombreux malades luttaient contre les insomnies. D’où leurs conseils pour retrouver une quantité de sommeil nécessaire à la santé : garder des heures de lever et de coucher régulières, arrêter les écrans au moins une heure avant le coucher et les laisser en dehors de la chambre, obscurité totale et pas plus de 19° dans la pièce. Et si on compte les moutons trop longtemps, stop, on sort du lit, on vaque quelques minutes, et on revient se coucher pour se donner de bonnes chances de se rendormir ! 

JOUR 5

Cultiver son réseau social

Attention, distance physique ne signifie pas distance sociale. Il ne faut surtout pas se couper du reste du monde en étant malade et confiné. Au contraire ! L’isolement mine la confiance. Conserver le lien avec ses amis, sa famille et ses collègues de travail, c’est primordial. L’épreuve traversée s’en trouve allégée et on évite la déprime. Pourquoi ne pas profiter plus encore de ce temps suspendu pour renouer avec des personnes perdues de vue ? Pas le temps avant mais possible maintenant… oser faire le premier pas, c’est une démarche positive. Et la vie réserve toujours son lot de (bonnes) surprises ! 

JOUR 6

Compenser le manque de sorties

Avec le confinement, l’enfermement ajouté au manque de luminosité dans les intérieurs affecte le moral. Pourquoi sommes-nous plus heureux l’été ? Pas seulement parce ce sont les vacances mais parce que le soleil synthétise la vitamine D qui régule notre horloge biologique. On se sent plus en forme mentalement et physiquement. Aussi, dès que le soleil pointe le bout du nez, il faut s’exposer. À la fenêtre ou au balcon, 15/20 minutes par jour, visage, mains, avant-bras (sans protection solaire qui bloque les UV).

Et s’il fait gris ou trop froid, des séances de luminothérapie sont aussi très efficaces. Mais le temps d’exposition est plus long : 30 minutes, à 50 cm d’une lampe de 1000 lux minimum.

JOUR 7

Continuer d’apprendre

Difficile d’échapper à l’ennui voire à l’abattement en étant malade en ce moment ! Pourtant, il existe un antidote efficace : se lancer dans un nouvel apprentissage. Musique, langues étrangères, management… le cerveau déteste la routine, il a besoin de nouveaux challenges pour être en bonne forme. Et même avancé en âge, il n’est jamais trop tard pour partir à la découverte de nouveautés. Retrouver le plaisir de faire turbiner sa matière grise en se fixant des objectifs raisonnés (on ne devient pas virtuose du piano en 8 jours !) permet également de booster son estime de soi. Et d’ouvrir d’autres horizons puisque nombreux sont ceux qui ont changé de métier en se passionnant pour une nouvelle discipline durant le premier confinement.